Quartier Boé Village
Tour Lacassagne

Image bandeau - Quartier Boé Village

Quartier Boé Cités
Le canal

Image bandeau - Quartier Boé Cités

Quartier Boé Aquitaine
Espace commercial

Image bandeau - Quartier Boé Aquitaine

Quartier Saint-Pierre-De-Gaubert

Image bandeau - Quartier Saint-Pierre-De-Gaubert

La Garonne

Garonne, c'est ainsi que les habitants de Boé désignent ce fleuve qui traverse la commune. Cela témoigne du lien très fort qui existe entre les riverains et le fleuve.

J.Cubelier de Beynac (quelques aspects historiques de la plaine de Boé) nous rappelle que le fleuve est souvent une barrière à la communication et à la circulation. Difficile à franchir, la Garonne a pourtant été une voie de communication importante depuis l'Antiquité. Les bateaux gallo-romains, normands l'ont empruntée.
En 1096, le pape Urbain II vient à Layrac consacrer le prieuré St Martin, passant par la Garonne, en venant de Nérac.

A l'époque romaine, plusieurs gués permettent aux grandes voies terrestres qui sillonnent la région de franchir la Garonne.
Ainsi la Peyrigne, route reliant Lugdunum Convenarum (St Bertrand de Comminges) en passant par Auch et Lectoure, à la Gaule centrale traversait la Garonne au gué de Lecussan face à Boé village.
J. Cubelier de Beynac fait état de deux maisons gallo-romaines qui témoignent de l'ancienneté de ce passage, l'une face à Boé, l'autre sur le haut de la première terrasse.

La construction du Pont de Pierre et de la route de Paris-Barèges diminuera l'intérêt de ce passage entraînant la disparition d'un petit village composé de 6 à 7 maison de pêcheurs au lieu-dit Pescarès ou Lartigaut.

 Lorsqu'il n'y avait plus de gué, ni de pont, les fleuves et les rivières étaient franchis par un bateau ou un bac qui faisait la navette entre les deux rives. Soit le bateau traversait à la rame, soit le bac était un filin tendu entre des poteaux d'un bord à l'autre.

En 1300, on compte 5 bacs entre Sauveterre et Agen. Lors de la construction de la route de Layrac en 1780, on va transférer le bac de St Pierre vers d'Allot. Plusieurs maisons seront construites sur ce lieu qu'on appellera à tort, port de Layrac.
Pour utiliser ces passages sur le fleuve, une personne à pied payait 3 deniers tournois, 1 sol pour une personne à cheval. Quant aux carrosses et attelages à deux chevaux, il en coûtait 15 sols.
La Garonne se divisait en plusieurs secteurs, chacun dépendant d'une juridiction différente.
Ainsi, le seigneur de Lafox afferme les bacs de Sauveterre et de St Pierre de Gaubert. Les prieurs de Moirax et de Layrac afferment ceux de Lécussan en face de Boé village et le port de Layrac sur le Gers. Enfin à partir de Brimont, la Garonne dépend de la juridiction d'Agen avec en face d'Agen, le bac du Passage d'Agen.